Le Pré en Bulles – La troupe

photo julienJulien Barthélemy

Originaire de Belgique, Julien Barthélemy s’initie dès son plus jeune âge aux Arts Scéniques en intégrant l’École du Cirque de Gembloux où il se forme aux différentes techniques de cirque, théâtre de rue et percussions africaines. Il suit aussi, pendant 3 ans, une formation d’improvisation avec Nicolas Buysse et participe à différents projets de théâtre dans le cadre de son lycée à Namur.

En 2007, dès ses 18 ans, il monte à Paris pour intégrer le Cours Florent. Il y suivra successivement les enseignements de Jérôme Dupleix, Régine Menauge-Cendre, Cyril Anrep, Christophe Garcia et Antonia Malinova pour finalement devenir Assistant de Régine Menauge-Cendre et de Muriel Solvay.

En 2011, il joue dans « Vêtir ceux qui sont nus » de Pirandello au Théâtre de l’Orme. Il interprète aussi le rôle de M. Nightingale dans « PERCO » d’après Percolateur Blues de Fabrice Melquiot au Théâtre du Marais à Paris et au Festival de la Jeune Création des 2 Alpes où la pièce remporte le prix du jury. Il joue le rôle de Chrysale dans « Les Femmes Savantes » de Molière au Théâtre Darius Milhaud à Paris puis au Festival d’Avignon.

En 2012, il joue le rôle de M. Ventroux dans « Mais ne t’promène donc pas toute nue » de Feydeau à l’Espace Saint-Honoré; en mars, il signe la co-mise en scène de « L’Instant » de Jean-Marie Piemme au Théâtre du Marais. En avril, il interprète le rôle de Jupiter dans « Fantaisie d’après Amphitryon de Molière » au Théâtre de La Reine Blanche. En juin, il participe à la création collective « Brice Gouberte ou la quête du magnifique néant » au Théatre du Marais. Il termine l’année 2012 avec le rôle de M. Pacarel dans « Chat en poche » de Feydeau qui se joue pendant un mois au Bouffon Théatre ( Paris, 19ème).

Céline Broudin

céline broudin

A 14 ans, la lecture d’Antigone (J. Anouilh) lui montrera sa voix : le Théâtre. Curieuse, elle ira suivre des cours de comédie à la MJC d’Argenteuil, obtenant en parallèle un baccalauréat Lettres et Arts, option Théâtre en 2005.
Elle poursuivra sa formation en intégrant la 2ème année d’actorat à l’EICAR (International Film School of Paris), où se donnaient des cours avec Mihaï Tarna, Marie Montegani, Pascale Roberts, Antoine Ribakov.
Elle suivi des cours de danse contemporaine et africaine à l’école de danse du Marais de 2005 à 2007.
A cette période fût créée, en collaboration avec d’autres comédiennes, La Compagnie du Niok. Ce qui les amènera à l’écriture et la mise en scène d’Et si… , un spectacle joué pour la première fois au festival d’Avignon 2005, et qui tournera jusqu’en 2008.

Elle enchaînera, différents rôles au cinéma comme au théâtre :
En 2007, premier rôle dans deux vidéo clips réalisés par Clément Oberto.
En 2008, elle joua dans le premier volet du court métrage de Vincent Cuneo  Intervention2008, et participa au festival d’Avignon, où elle incarna Desdemone, dans  Othello, mit en scène par Checco (Les oranges, Pas de quartier, Urban peace).
Elle obtint ensuite, le premier rôle féminin dans le court métrage Cacophonie des sens, de Raphael Hamon, en 2009.
La même année, elle entamera une nouvelle création nommée Des Nids de Bulles, avec La Cie du Niok, un spectacle qui se tourne toujours.
Depuis 2010, elle est également, membre du Collectif des Gueux, une troupe regroupant des comédiens, musiciens, maquilleurs, plasticiens, costumiers ; dans le but de créer des performances visuelles.
Vouée à embrasser les Arts en génèral, elle entre en licence d’Arts Plastiques en 2011 pour développer son adaptibilité et sa polyvalence. Nadia Vadoori Gauthier, enseignante en action performative à Paris 8, la sensibilise à la méthode BMC (Body Mind Centering), lui ouvrant un nouveau champ de recherche sur la perception et le rapport au corps et à soi.
A l’instar de ses études, Céline est aussi intervenante en milieu scolaire pour des ateliers d’expressions (Théâtre et Arts Plastiques).
Dans un même temps, elle intègre la Cie Un jeu, un acte, en tant que comédienne pour un spectacle de marionnettes, et se retrouve à l’avenant, costumière/accessoiriste sur un atelier de théâtre pour enfants, organisé par cette cie.
En somme, sa soif de vie alternative lui a ouvert de nombreux chemins, mais plutôt que d’en choisir un, elle décide de tous les emprunter.

Arthur Chevalier

Portrait Arthur Chevalier

A trois ans, Arthur Chevalier veut faire « acteur de film » ou « bourreau ». Il choisit d’être acteur. Il fait sa première approche du théâtre au lycée, avec notamment comme intervenant Jean-François Auguste et François Charon, un travail qui se finalisera par un spectacle à la Ferme du Buisson : Les fumées du pape (Dario Fo).
Baccalauréat littéraire en poche, il décide de se lancer dans le théâtre.
A l’issu d’un stage caméra avec Blandine Lenoir au Cours Florent, il intègre l’école en deuxième année et suit les cours de Valérie Nègre, Laurent Natrella et de Cyril Anrep.
Il joue dans Monsieur de Pourceaugnac au théâtre de la Reine Blanche en janvier 2011 et interprète les rôles principaux dans Semblant d’Amour (Dominique Veyrier) et dans Parti de la
Liberté
de, et avec Timothée Ansieau au Funambule théâtre de Montmartre.

Avide de nouvelles expériences, il rentre à L’Ecole Auvray Nauroy pour la saison 2011-2012 et joue dans le spectacle Autour du Mythe à l’Etoile du Nord.

Pauline Delamare

Portrait Pauline DelamareLe théâtre, Pauline est tombée dedans quand elle était petite : c’est à l’âge de onze ans qu’elle monte pour la première fois sur les planches, entourée de sa mère et de sa grand-mère, au sein de la troupe La Rieuse, où elle jouera, entre autres, des rôles tels que Elaine Harper (Arsenic et Vieilles Dentelles d’après le film de Frank Capra), Tatiana Alexeïevna (Le Jubilé de Tchekhov), Pépita (Gibier de Potence de Feydeau), Melle Argante (Le Dénouement Imprévu de Marivaux), Helena (Le Songe d’une nuit d’été de Shakespeare), Margaret More (Thomas More de Robert Bolt).
Elle intègre le Cours Florent de 2002 à 2005 et suit les enseignements de Liliana Zazreva, David Garel et Joris Bedeau.
Son bac littéraire en poche, elle poursuit ses études en Hypokhâgne puis en Licence de Lettres Modernes et de Cinéma à Paris III.

C’est en 2008 qu’elle continue sa formation théâtrale au sein de l’école des Enfants Terribles, dirigée par J-B Feitussi, avec comme professeurs Joël Demarty, Anne Bouvier, Jean-Michel Dupuis, Michel Lopez…
Depuis, elle a été Philaminte dans Les Femmes Savantes (Molière) qui se joua à Paris et au Festival d’Avignon 2011, Célimène dans Le Misanthrope (Molière) au Théâtre Gérard Philippe (Sartrouville) et s’est essayée à la mise en scène avec Musée haut musée bas (Jean-Michel Ribbes), Gibier de Potence (Feydeau), Le Songe d’une nuit d’été (Shakespeare), L’Ours et La Demande en Mariage (Tchekhov).
Depuis 2011, elle joue Clarisse dans Mais n’te promène donc pas toute nue ! (Feydeau) au Théâtre de l’Espace Saint Honoré. En 2011 elle s’associe avec Charlotte Roudot pour créer Le Pré en Bulles, compagnie avec laquelle elle met en scène et joue Amandine dans Chat en Poche (Feydeau), qui s’est joué au Bouffon Théâtre (Paris 19ème) en septembre 2012, à L’Antarès (Vauréal, 95) et au Théâtre de La Jonquière (Paris 17ème) en avril 2013.
Le 16 juin 2013, à L’Européen, elle interprètera Lise dans Sous l’écran silencieux (J. Danan).

Paolo Handel

Portrait Paolo HandelPaolo commence le théâtre en 2006 au Cours Florent. Il y sera formé jusqu’en 2009 par Melissa Broutin, Xavier Florent et Benoît Guibert. Il enchaîne les rôles au théâtre en interprétant Le Gitan, dans Femme à facette écrit et mis en scène par Anne-Hèlène Guttière Requenne (2009), Oreste dans La petite Electre (Edward Bond) mis en scène par Nina Negri (2009), B dans Fragment de théâtre 2 (Beckett) mis en scène par Vincent Patouillet (2009),
Louka dans L’Ours (Tchekhov), mis en scène par Chazli Kaïk (2009). Il joue également dans plusieurs de ses créations : Peter dans Selection, mis en scène par Amélie Rousseaux (2010), Kyle dans Because the night, mis en scène par Pierre-Etienne Royer (2012).

Il met ensuite en scène une de ses créations Histoire sans histoire (2010), ainsi que George Dandin (Molière) en 2010. En 2012, il joue Khirine, Nikita et Tolkatchev dans Le Jubilé, Le Chant du cygne et Le Tragédien malgré lui (Tchekhov), mis en scène par Vincent Patouillet.

L’année 2011 sera consacrée au 7ème art, il tournera dans une vingtaine de courts-métrages. Autodidacte de vocation, il a écrit trois pièces de théâtre, toutes jouées, et se découvre ainsi une complémentarité dans la pratique de son métier de comédien.

Il s’investit aussi dans la photo pour son plaisir ainsi que dans la musique (trompette, guitare, batterie). En 2010 il crée sa compagnie Cube blanc à travers laquelle il s’offre une indépendance artistique et la possibilité de collaborer avec d’autres compagnies, d’autres créateurs.

http://cubeblanccompagnie.com/

Jonathan Le Guillou

Portrait Jonathan Le GuillouC’est à l’âge de cinq ans, lors d’une figuration pour le cinéma dans le long métrage Bébé Express de François Dupont-Midi que Jonathan se découvre une fascination pour l’univers du théâtre et du cinéma. En 2007, il intègre le Cours Florent (Promotion Renaud/Barrault), formé notamment par Xavier Florent, Benoit Guibert et Bruno Blairet.

Après divers petits rôles et figurations au cinéma, il se tourne vers le spectacle vivant. En 2010, il intègre La Rieuse avec le rôle d’Eraste dans Le Dénouement Imprévu (Marivaux), celui de Demetrius dans Le Songe d’une nuit d’été (Shakespeare), et prépare actuellement le rôle de Henri VIII dans Thomas More (Richard Bolt). Depuis, il a été Trissotin dans Les Femmes Savantes (Molière), qui se joua à Paris et au Festival d’Avignon 2011.

Parallèlement, il est Scapin dans Les Fourberies de Scapin et d’Anna (Molière et Théodore de Banville) dans une mise en scène de Pascal de Pindray au Théâtre de l’Espace Saint Honoré.

Aujourd’hui encore, il y interprète Narcisse dans Britannicus (Racine), mis en scène par Bernard Belin, Ventroux dans Mais N’te Promène Donc Pas Toute Nue ! (Feydeau), et Smirnov et Tchouboukhov respectivement dans L’Ours et La Demande en Mariage (Tchekhov), mis en scène par Pauline Delamare.

Matthieu Moerlen

photo matthieuAprès des études de théâtre en Suisse, Matthieu passera trois ans à l’école Claude Mathieu, art et technique de l’acteur, puis six mois avec Nathalie Bécue dans un Conservatoire d’arrondissement.

Il montera alors deux pièces, « L’école du soir » d’après Antoine Blondin et « Evguenie Sokolov » d’après Gainsbourg.

Il participe également à la création avignonnaise, « Vive la crise », d’Alexandre Kollatos, reprise début 2013.L’année 2013 sera aussi l’année de sa première mise en scène théâtrale, une version déjantée des « Diablogues » (Dubillard).

Passionné par le cinéma, il réalise et joue dans plusieurs courts métrages, ainsi que dans un long indépendant, « Tout est faux » de Jean-Marie Villeneuve.

En février 2013, il rejoint Le Pré en Bulles en participant au prochain spectacle « Sous l’écran silencieux » de Joseph Danan qui s’est joué le 16 juin 2013 à L’Européen (Paris, 17ème).

Manuel Palabe

Portrait Manuel PalabeAvant de suivre une formation de comédien sur Paris, Manuel a participé à une création collective, Proies, prises et prédateurs, dirigé par Pascal Guin et Mark C. Thompson, à l’issue d’une rencontre entre artistes français et étudiants de la Duquesne University de Pittsburgh.

De 2008 à 2010, Manuel devient élève à l’école de théâtre Les Enfants Terribles, dirigé par J.B Feitussi où il travaille auprès de divers professeurs tels que Anne Bouvier, Joël Demarty et Jean-Michel Dupuis. Fan de sensations fortes et d’univers extrêmes, il y présente Sade, Concert d’Enfers (Enzo Cormann), Viol (Botho Strauss), et Les Liaisons dangereuses (Christopher Hampton).

Il poursuit ensuite sa formation au conservatoire du 15ème arrondissement dans les classes d’art dramatique de Liza Viet et de Marion Delplancke où il s’essaie à L’Eveil du printemps

(Frank Wedekind) ainsi que dans des textes contemporains dont il est l’auteur.

Dernièrement, Manuel a joué les zombies affamés pour la dernière Terrorific Night de Disney, et les domestiques indociles dans Mais n’te promène dons pas toute nue ! (Feydeau) au théâtre de l’Espace Saint-Honoré, à Paris.

Jennifer Rihouey

Portrait Jennifer RihoueyAprès une formation de comédienne à l’Ecole de théâtre Les Enfants Terribles, c’est dans Le Parcours de Lotte mis en scène par Michel Lopez que Jennifer Rihouey fait ses premiers pas sur scène.

Elle se professionnalise ensuite en jouant dans Tout Contre (Sacha Guitry) mis en scène par Eric Gandré et dans Feu l’Amour écrit et mis en scène par Matthieu Remy.

Jennifer est actuellement sur scène dans Mais n’te promène donc pas toute nue ! (Feydeau) au Théâtre de l’Espace Saint Honoré.

Passionnée de cinéma et de photographie, elle joue dans de nombreux courts métrages (notamment avec la Femis) et se lance dans la réalisation de photos de book pour les comédiens. Par ailleurs, elle revêt régulièrement le poste d’assistante caméra.

Charlotte Roudot

Après divers ateliers jeunesse sur Asnières et sur Colombes, Charlotte commence à orienter ses études autour du théâtre. Elle obtient son Bac Littéraire option Théâtre en 2005, et poursuit avec une Licence Art du spectacle, spécialité théâtre à Paris III.

En 2008, Elle débute sa formation de comédienne au Théâtre des Enfants Terribles (Paris, 20ème) dirigé par J.B Feitussi. Elle travaille avec différents intervenants tels que Joël Demarty, Michel Lopez, Anne Bouvier, Nathalie Hervé, Jean-Michel Dupuis.

En 2010, Charlotte intègre les Ateliers du Sudden dirigés par Raymond Aquaviva où elle continue d’apprendre aux côtés de Maria-Pia Bracchi, Vincent Jouan, Jean-Christian Grinevald, Youlia Zimina, etc.

En parallèle, elle entre dans deux compagnies théâtrales dont la compagnie Baba Yaga (95) et la compagnie Sémaphore (92) avec lesquelles elle donne des cours de théâtre depuis 2009 auprès d’enfants de 5 à 15 ans.

Elle participe également à deux spectacles mis en scène par Pauline et Valérie Delamare avec la Compagnie La Rieuse. Elle y joue Lisette dans Le Dénouement Imprévu (Marivaux) et Hermia dans Le Songe d’une nuit d’été (Shakespeare).

En janvier 2012, elle joue Violette dans Violette sur la Terre, de Carole Fréchette, mise en scène par Pauline Corvellec.

En 2011, elle monte la Compagnie Le Pré en Bulles avec Pauline Delamare et se lance ainsi dans la création de spectacles. Elle joue Julie dans  » Chat en Poche » de G. Feydeau et met actuellement en scène « Sous l’écran silencieux » de Joseph Danan, assistée par Anaïs Schwinn, qui se produira le 16 juin 2013 à L’Européen, dans le cadre d’un nouveau festival, « La place de Clichy fait son cinéma ».

Caroline Stefanucci

Sur les planches dès l’âge de huit ans, Caroline Stefanucci entame sa formation de théâtre au cours Viriot puis chez Eva Saint Paul où elle apprend en même temps, le chant, la danse et le cinéma.

Comtesse lors du festival de théâtre du Château de la Guerche en 2008, elle renouvelle l’expérience en 2009 pour interpréter avec humour une bonimenteuse.

Sensuelle dans la peau de la prostituée de Lily, elle a chanté et dansé dans Saloon (Raphaël Thet), avant d’incarner la femme en châles dans Gouaches (Jacques Serena). En 2011, elle joue dans L’Oeuf  (Félicien Marceau) au théâtre de l’Akteon où elle endossera à la fois les rôles de la mère et de la maitresse du personnage principal.

A la rentrée 2012, elle incarne Mimi dans L’Atelier (Jean-Claude Grumberg), à l’Air Falguière.

Puis, elle monte la pièce Une liaison pornographique (Philippe Blasband), mise en scène Dalia Bonnet, ou elle incarne le rôle principal au coté de Justin Blanckaert, au théâtre Le Funambule à Paris et au Célimène Théâtre pour le festival d’Avignon.

Elle entre dans Le Pré en Bulles en septembre 2013 et reprend le rôle de Lise.

 

 

Anaïs Schwinn

photo anaisAnaïs Schwinn est née le 10 janvier 1987 à Pertuis (84).

En 2004, elle intègre l’option théâtre de son lycée et débute le masque ; elle interprète Obéron dans  Le Songe d’une Nuit d’Été  (Shakespeare), suivit du rôle de la vieille dame dans  La Visite de la Vieille Dame  (F. Dürrenmatt) en 2005 et Faust dans Faust (Goethe) en 2006, mises en scène de Patrick Rabier.

De 2007 à 2011, tout en suivant une formation en écoles (Cours Florent, Les Enfants Terribles, Les Ateliers du Sudden), elle participe à plusieurs courts métrages et joue dans  Le Fantôme de Marseille (J.Cocteau).

En parallèle, de 2010 à 2012, elle tourne avec la Compagnie R.S.P ; elle joue Marianne et La Flèche dans L’Avare et Rosine dans  Le Barbier de Séville (Molière).

 

En 2012, elle interprète Judith dans Violette sur la terre (C. Fréchette) et collabore à la mise en scène de Pauline Corvellec.

En 2013 elle intègre la Cie Le Pré en Bulles et la Cie Artsenic. Elle monte également le premier spectacle de ce qui sera bientôt sa propre compagnie aux côtés de Pauline Corvellec.

Actuellement, elle travaille plusieurs pièces : Sofia Douleur (L. Gaudé), mis en scène par Sara Lepage et Enquête sur la disparition d’un nain de jardin (M. Visniec) mis en scène par Nicolas Durquety.
Elle jouera Léa dans Sous l’écran silencieux (J. Danan) tout en assistant Charlotte Roudot à la mise en scène.

Max Vandenhede

photo maxMax participe d’octobre à juin 2011 au chantier Liberté-Egalité-Fraternité initié par le théâtre de Sartrouville.
Enchanté par l’expérience, il joue Oronte dans Le Misanthrope (Molière) en mai 2012 à l’espace Gérard Philippe, puis Alan Collins, en juin, dans une adaptation des Brumes de Manchester (F. Dard).
Il devient M. Hochepaix le mois suivant à Paris, dans Mais n’te promène donc pas toute nue (G. Feydeau) à L’espace Saint-Honoré.
En septembre 2012, il rejoint la troupe La Rieuse (Bois-Colombes, 92) et joue Thomas Cranmer, archevêque de Canterbury, dans Thomas More ou l’homme seul (R. Bolt) en novembre 2012, à la salle Jean Renoir. Il y sera Voltore, à l’automne prochain, dans Volpone, une comédie de Ben Jonson.
C’est en Mars 2013 que Max rejoint Le Pré en Bulles pour y interpréter Maxime-50 ans dans Sous l’écran silencieux (J.Danan).

 
 

Prochaines représentations

Dans le cadre de « La journée de la Femme », nous présentons « un travail en étape ».
Pour découvrir un extrait de notre création collective, « Le saut de la grenouille »,
rendez-vous le 16 mars 2015, à 20h, au Théâtre de la Jonquière (Paris, 17ème)

ENTRÉE LIBRE